Dans les coulisses de l’EMS - Fabien

Dans les coulisses de l’EMS - Fabien

Mise à jour : 10/12/2021

« Dans les coulisses de l’EMS » est une série de portraits visant à valoriser tous les acteurs qui prennent part au rayonnement de l’enseignement militaire supérieur français.

Introduction :

Image
Fabien.

  

 

Depuis 2009, le Centre de documentation de l’École militaire (CDEM) met à la disposition de ses lecteurs des ressources spécialisées de niveau étude et recherche et réalise ses propres produits documentaires (dossiers, synthèses, bulletins de veille). Les équipes du CDEM contribuent également à enrichir la formation interarmées dispensée aux auditeurs et stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur. Fabien, chargé d’études et de veille stratégique au Service d’Analyse et de Production Documentaire du CDEM, nous explique comment.

 

Quel est votre parcours professionnel ?

Après un master, j’ai d’abord travaillé à la Direction générale de l’armement (DGA) dans l’import/export d’armements. En venant au CDEM, je suis en quelque sorte passé de l’opérationnel à la réflexion stratégique.

Image
Fabien.D

Comment votre travail contribue-t-il à enrichir l’enseignement militaire supérieur ?

Nous fournissons principalement au Centre des hautes études militaires (CHEM) et à l’Ecole de guerre (EDG) un corpus de documents de format et d’angles de traitement variés (dossier-pays, synthèses, liste documentaire) s’adaptant précisément à leurs besoins tout au long de leurs programmes de formation interarmées. L’objectif est de contribuer à la pertinence de cette dernière en favorisant l’adaptation des auditeurs et des stagiaires à un environnement stratégique et militaire, mais aussi financier et technologique, complexe et instable. En complément, dans une logique de rayonnement, nous éditons aussi les « Infoveilles », articles traitant d’un sujet géopolitique précis, et le bulletin bimensuel d’actualité défense-sécurité « Guetteur ». Ces deux produits sont diffusés au-delà de la DEMS au travers du ministère des Armées, voire au sein d’autres entités.

Image
Fabien.D (5)-flo

 

En tant que chargé de veille stratégique, vous ne devez manquer aucune actualité. Quels sont vos outils, votre méthode ?

La méthode est globalement la même que celle d’un chercheur, c’est-à-dire d’être à la fois rigoureux et curieux dans la sélection des sources car elles irriguent ensuite les travaux réalisés et conditionnent leur qualité. Internet est pour cela un formidable « terrain de jeu » mondial mais il faut prendre garde à ne pas s’y perdre, ni à se faire manipuler malgré soi. La diversité des opinions et des sources est aussi un point d’attention car il ne s’agit pas de répéter une « doxa » peu stimulante mais de confronter les points de vues sans manichéisme, notamment pour mieux comprendre les modes de perceptions étrangers (alliés ou pas), des façons différentes de réfléchir et d’agir pour s’en inspirer et/ou mieux les contrer.

La maitrise de l’anglais est ainsi nécessaire (une langue supplémentaire est bienvenue si possible). Par ailleurs, le logiciel « Digimind », paramétré par nos soins, nous permet d’optimiser le traitement de l’information et le repérage de « signaux faibles » en soutien des capacités d’analyse et de synthèse des veilleurs.

Image
Fabien.D (6

 

Crédits photo: ©L.Monnier